Le Parcours Classique

Le Parcours Classique

 

 

La Citadelle Hospitalière (les Salles des Chevaliers)
Ce bâtiment impressionnant a été mis à jour depuis les années trente du 20ème siècle à l’époque du mandat britannique. Des fouilles archéologiques ont aussi été organisées dans les années soixante et au cours des vingt dernières années, grâce aux nouvelles fouilles archéologiques, aux travaux de conservation et au développement touristique qui a suivi Acre a déclaré  comme site historique de préservation du patrimoine culturel mondial. La citadelle  a été utilisée comme quartier général de l’ordre hospitalier à Acre au cours du 13ème siècle. Cet ordre était un ordre militaire de dimension internationale bénéficiant de biens, d’une puissance et d’une grande influence en Terre d’Israël à l’époque des Croisés. Ce bâtiment sur deux voire trois étages, a été construite autour d’une cour centrale. Dans la citadelle siégeaient le chef de l’ordre et le tribunal supérieur (entre 10-15 chevaliers commandants de l’ordre). De plus, le bâtiment comprenait des entrepôts, des salles à manger et des salles de réunions utilisées quotidiennement  à Acre par les chevaliers de l’ordre. Au Sud de la citadelle se trouvait l’église principale de l’ordre, l’église St Jean. A l’heure actuelle, le bâtiment Saraya ottoman occupe le lieu.
 
 
Le Hammam turc – le Hammam Al-Basha
Le Hammam somptueux datant de la période ottomane a été construit par Al-Jazaar, gouverneur d’Acre en 1781-1782. Le Hammam a été détruit lors d’un tremblement de terre et construit à nouveau au début du 19ème siècle. Le Hammam était utilisé par les citoyens musulmans de la ville. Il existe d’autres Hammam publics dans la ville à proximité du port, ainsi qu’un Hammam juif dans le quartier juif à proximité de la synagogue de la Vieille Ville. Le Hammam possède une pièce de chauffage souterraine réchauffant un grand bassin d’eau duquel des vapeurs d’eau chaudes sont diffusées vers la salle chaude et les salles de soins du Hammam. 
 
 
Le musée Okashi
Dans la vieille ville d’Acre, dans un ancien bâtiment en voûtes datant de l’époque ottomane, se trouve le musée Okashi. 
Le musée présente une exposition itinérante d’artistes israéliens au côté d’une exposition permanente des travaux de l’artiste feu Avshalom Okashi, qui fut l’un des plus grands dessinateurs israéliens. 
L’artiste a passé la plupart de son temps à Acre, ville dans laquelle il a mis en place son propre atelier de dessin, devenu après sa mort, le musée « Okashi ». 
 
 
 
Le Souk
Une rue sinueuse de magasin traversant la ville du Nord au Sud. Le souk municipal vivant et coloré, est aujourd’hui le centre de la vie commerciale de la ville, il y accueille des poissonneries, des boucheries, des étalages d’épices, des légumes, des parfumeries et des magasins de souvenirs.
 
 
La synagogue Ramhal
En 1743, le rabbin Moshé Haim Luzzatto, un sage italien, s’installe à Acre avec sa famille. L’un de ses écrits les plus importants fut l’œuvre « Messilat Yesharim » (« La voie des justes »). Il décède à 36 ans seulement, suite à une épidémie à Acre. Il semblerait que Luzzatto se soit installé dans le quartier juif de la ville, au sein d’une communauté de petits commerçants. Le quartier possède même une synagogue qui fut confisquée par Daher El-Omar (1750-1775) après avoir mis la main sur la ville. Les Juifs reçurent un bâtiment en remplacement, qui faisait office de synagogue, toujours en état.
 
 
Le Tunnel des Templiers
Les Templiers étaient un ordre militaire monastique s’attenant à protéger les pèlerins venus d’Europe en Terre d’Israël visiter les Lieux Saints. C’est à l’extrémité Ouest du tunnel qu’a été construite la citadelle centrale de l’ordre à Acre. Le tunnel, dont la partie inférieure a été creusée dans la pierre naturelle et la partie supérieure est faite en pierre de taille, part de la citadelle des Templiers jusqu’au port, s’étendant sur une distance de 350 mètres. Le tunnel était utilisé comme passage souterrain stratégique, reliant la citadelle au port. 
 

Retour en haut