La Route Juive

La Route Juive

 

 

5000 ans d’histoire – de la Genèse au Moyen Age
 
Au nord d’Israël, sur les rives de la Méditerranée, se dresse la ville magique riche de textures culturelles variées, dont l’histoire débute à la nuit des temps – cette ville, c’est Acre. 
Acre est une ville pivot ayant subit de nombreux bouleversements et différents régimes à travers son histoire, l’établissement de Juifs dans la ville était la constante. 
 
Une ancienne légende hébraïque raconte que la mer a inondé le monde et que lorsqu’elle est arrivée sur les côtes d’Acre, elle s’est arrêtée, livre de Job (38 :11) ; « Jusqu’ici tu viendras et non au-delà ». Dans la légende, les mots en hébreu sont « ad po » (jusqu’ici) devenant « ad ko » puis Acco (Acre). 
 
Grâce à son port naturel, Acre devient la porte de la Terre d’Israël, ayant eu le privilège d’attirer de grands personnages de l’histoire juive à travers les âges – Abraham, le père de la nation juive, a visité Acre sur sa route en direction de Harran sur la Terre d’Israël ; les Hasmonéens, Jonathan et Simon, ont combattu les Grecs lors de batailles héroïques aux portes de la ville. 
 
Au cours de la période romaine, les Tannaites et les Amoraim se trouvaient dans la ville, comme par exemple : Rabban Gamliel prenant le bain dans le bain public d’Aphrodite et le Rabbi Abba ayant embrassé les pierres d’Acre. 
 
La période croisée fut marquée par l’arrivée d’un grand nombre de Rishonim (des rabbins leaders vivant du 11ème au 15ème siècle) comme : Maimonide, Nahmanide (Moshe Ben Nahman), le rabbin Yechiel de Paris ainsi que 300 rabbins et Tossafistes (rabbins médiévaux).
 
Au 18ème siècle, les Ottomans conquièrent la ville et sous leur régime, la population juive fleurisse, attirant les Acharonim (les rabbins leaders vivant du 16ème siècle jusqu'à présent) tels que : Rabbi Chaim Ben-Atar, le Ramchal, Rabbi Nachman de Breslev et Haim Farhi – le conseiller et bras droit de confession juive d’Al-Jazzar. 
 
Au début du 20ème siècle, les Britanniques obtiennent le mandat sur Israël et utilisent la Citadelle d’Acre pour emprisonner les résistants ayant courageusement combattu afin d’établir l’Etat d’Israël et ils poursuivirent leur lutte depuis les murs de la prison. Ils ont par la suite réussi à s’échapper de la prison grâce à une opération d’évasion audacieuse. 
 
Au cours de la guerre d’Indépendance, au moment de l’opération Ben-Ami, la ville a été libérée du régime étranger et a conquis sa souveraineté indépendante. 
 
Au cours de la visite, nous marcherons dans les allées enchanteresses et écouterons les pierres contant les histoires des évènements passés : nous nous joindrons aux batailles des Asmonéens contre le général grec, nous nous tremperons dans le bain public de Rabban Gamiliel, nous voguerons sur la mer d’Acre avec Nicanor (le général Séleucide au cours de la révolte asmonéenne), nous explorerons les marchés uniques de la ville, ainsi que les parfums envoutants des épices et des mets, nous visiterons la synagogue Ramchal, nous percerons les murs de la prison avec les prisonniers de la résistance et nous terminerons la journée avec la libération de la ville au cours de la guerre d’Indépendance. 
 

 


Retour en haut
Vers la carte de la vieille ville d’AcreVers la carte de la vieille ville d’Acre sur Google

 

Pour de plus amples information ou pour toute réservation :
La  Midrasha de Galilée Occidentale – 04-9918867, 052-3230156 (Tsipi)
Fax : 1-534-9918867
E-mail: misrad.mgm@gmail.com