Bain turc El Basha

Bain turc El Basha

Le dernier surveillant de bains


« De toutes les villes de la côte syrienne – depuis Antioche jusqu’à Gaza – aucune ville ne possède de chroniques plus riches qu’Acre, et aucune autre ville n’a eu un impact direct aussi important sur la destinée de tout un pays » 
Lawrence Oliphant, 1882

 

Le « Hammam Al-Basha » a été construit à la fin du 18ème siècle par le gouverneur d’Acre, Jazzar Pacha. Il fut tout d’abord appelé Hammam Al-Jadid » (Le nouveau Hammam), mais son nom a été par la suite modifié en « Hammam Al-Basha » (le Hammam du Pacha), en l’honneur de El-Jazzar. La construction du Hammam fit partie de la transformation sous la période ottomane, principalement par le pacha El-Jazzar, de la ville d’Acre, d’un petit village de pêcheur en un port tumultueux et vivant, dans lequel abondaient les marchandises au milieu d’une construction en plein essor. Sous son règne, le Pacha El-Jazzar a fait grandement avancer la ville dans de nombreux domaines. On peut compter la construction d’un aqueduc acheminant l’eau des sources vers la ville, la création de digues pour un ancrage plus sûr au port, ainsi que la construction de bâtiments importants comme le Khan el-Umdan, la grande mosquée d’Acre, le somptueux palais et bien entendu le Hammam.
 

 

Le Hammam est divisé en trois parties principales:

Le vestiaire d’été – c’est la première pièce dans laquelle on entre depuis la cour. C’est là que se déshabillaient les hôtes du Hammam, laissant leurs vêtements, et s’enveloppant de serviettes spéciales, chaussant les sandales pour Hammam et entrant dans les diverses salles de soin. Après le bain et les traitements, ils retournaient dans la salle de repos pour se détendre et se relaxer.

Les quatre salles intermédiaires, se trouvent entre la pièce froide et la pièce chaude – les pièces tièdes étaient utilisées pour les soins et diverses activités. Depuis les soins cosmétiques, de relaxation et de massage jusqu’aux soirées de célibataires et la préparation de la femme enceinte à la naissance.

La salle chaude – la dernière salle constitue le cœur du Hammam. La salle du bain de vapeur. Cette salle comprenait une piscine chaude et un sauna destiné au lavage, savonnage et massage du corps et de l’âme. Les petites pièces autour de la scène centrale étaient utilisées pour les soins privés des riches et des nobles.
Durant environ cent cinquante ans, depuis sa création et jusqu'à la Guerre d’Indépendance en 1948, le Hammam a fonctionné comme bain public. En plus de sa fonction religieuse, remplir le précepte de la purification avant la prière, le Hammam remplissait les fonctions de presque tous les autres aspects de la vie dans la ville ottomane. Il était un lieu de rencontre social, de repos, d’amusement et de célébration, il était le lieu de résidence des médecins et des barbiers, il faisait aussi office de « maison aux petits soins » pour les riches de la ville. Plus concrètement, c’était le lieu où les choses se passaient, où l’on discutait des dernières nouvelles – des évènements historiques importants tout comme des commérages récents.
 

L’expérience du dernier surveillant du bain

L’expérience du dernier surveillant du bain représente une approche nouvelle dans la présentation de ce chapitre de l’histoire d ‘Acre à l’époque ottomane.
Au lieu d’y faire un musée ethnographique ou historique, nous avons choisi de présenter les chapitres de cette période par voie de narration – faire revivre le Hammam et faire partager aux visiteurs les histoires que les murs de cette « institution » ont entendus.
Nous avons créé une histoire encadrée, basée sur des personnages fictifs et sur la dynastie imaginaire des surveillants de bain, qui auraient soi-disant été présents dans le Hammam du jour de sa construction au jour de sa fermeture. Une rencontre imaginaire avec cinq générations de surveillants de bain se déroule sous les yeux des visiteurs et représente une « opportunité rare et unique » de dévoiler les histoires et les commérages entendus entre les murs du Hammam, ou si vous préférez « l’histoire d’Acre à l’époque ottomane », à travers le regard de la famille Awad, pour laquelle la fonction de surveillant principal du Hammam « Al-Basha » passait de père en fils des générations durant.
 


L’expérience est composée d’éléments visuels, statiques et dynamiques ainsi que d’une bande sonore alliant le folklore du Hammam aux histoires d’Acre. Les illustrations sont le fruit de l’artiste peintre Tania Slotzky, dépeignant Acre à l’époque ottomane, la vie quotidienne, les évènements historiques, et le folklore du Hammam. Les personnages sculptés se situent dans différentes pièces décrivant les activités caractéristiques du Hammam, des surveillants et de leurs diverses activités ainsi que des personnes venant s’y baigner. Le point culminant de cette expérience est la pièce chaude. Les visiteurs entreront dans une pièce couverte de vapeur et « rencontreront » le dernier surveillant du bain en action. Le Haj Bashir nettoyant, massant, tapant et savonnant ses clients, sans cesser de raconter, de bavarder et d’expliquer à ses auditeurs (qui sont aujourd’hui les visiteurs) la façon dont fonctionnait le Hammam, son rôle dans la vie de la communauté, et ceci sur fond d’évènements historiques survenus dans la ville d’Acre à cette époque.
Nous avons mis en valeur l’architecture du bâtiment et les espaces impressionnants du Hammam par des jeux de lumières, faisant partie intégrante du conte et de l’histoire.
Nous vous invitons à nous rejoindre dans le Hammam comme à l’époque, à rencontrer les personnes qui ont façonné les personnages, les surveillants et les visiteurs, à entendre de leur propre bouche l’histoire de la ville d’Acre à l’époque ottomane glorieuse.  
L’expérience est proposée en 8 langues : hébreu, arabe, anglais, allemand, français, espagnol, italien et russe. Le visiteur reçoit un lecteur électronique dans la langue demandée, en contrepartie d’une pièce d’identité qui lui sera rendue à la fin de sa visite.
 

 


Retour en haut
Vers la carte de la vieille ville d’AcreVers la carte de la vieille ville d’Acre sur Google

 

Heures d’ouverture

 
Eté
Du dimanche au jeudi, samedi et fête : 
De 09 heures à 18 heures
Vendredi et veille de fête :
De 09 heures à 17 heures
 
Hiver
Du dimanche au jeudi, samedi et fête :
De 09 heures à 17 heures 
Vendredi et veille de fête :
De 09 heures à 16 heures 
 
La caisse ferme une heure avant la fermeture du site