Projet de conservation de la Citadelle d’Acre

Projet de conservation de la Citadelle d’Acre

Les bâtiments Croisés appelés « Salles des Chevaliers » ou « Citadelle d’Acre » étaient à l’origine utilisés comme camp retranché par les Croisés de l’ordre des Hospitaliers. Ils s’étendent sur près de 8300 m².
Au début des années 1990, la structure de la salle des colonnes dans l’enceinte de la salle des Chevaliers Hospitaliers s’est ébranlée, laissant apparaître des fissures dans les voûtes de la salle et un glissement de mortier et de terre des voûtes en son centre.
Grâce aux dispositions techniques entreprises afin de sauvegarder la salle, la Société de Développement d’Acre a décidé de promouvoir la restauration ainsi que le développement touristique de l’ensemble de cet espace souterrain. Cette décision a entraîné des excavations archéologiques de grande envergure de 1992 à 1999 réalisées par l’Autorité des Antiquités d’Israël, avec le financement du Ministère du Tourisme.

 

Image 1. Plan de l'enceinte de l'ordre Hospitalier

Lors de ces fouilles, une grande partie de l’enceinte des Chevaliers Hospitaliers a été découverte, ainsi que les rues à l’Est de l’enceinte et la rue au Sud, menant à la découverte de l’église de Saint Jean située au Sud-Est de l’enceinte.
 


Image 2. Vue de la cour de la prison, au début des excavations, 1992
 

Des restes archéologiques allant de la période Hellénique (300-63 av J-C), de la période Arabe précoce (638-1099 ap J-C), jusqu’à la période Croisée (1104-1291 ap J-C) et notamment du XIIIe siècle ont été mis à jour. C’est au XIIIe siècle qu’Acre devint la capitale du royaume croisé de Jérusalem. La destruction des bâtiments Croisés datant de la période Mamelouk (1291-1517) a laissé son empreinte dans l’enceinte. Au cours de la période Ottomane tardive (1750-1918 ap J-C), la citadelle a été reconstruite sur les vestiges des bâtiments Croisés, puis, par la suite au cours de la période du mandat britannique (1918-1948) des modifications ont été apportées afin de l’aménager en prison principale pour les mouvements de résistance juifs dans la région nord. Les excavations archéologiques de la période Croisée et la révélation de l’ensemble des vestiges datant de plusieurs périodes présentent les deux périodes de l’Âge d’Or de la ville d’Acre – le XIIIe siècle et les XVIIIe et XIXe siècles.
L’enceinte de la Salle des Chevaliers Hospitaliers est le principal témoignage monumental datant de la période Croisée dévoilé dans la vieille ville d’Acre, période au cours de laquelle Acre devint la capitale du royaume. Grâce à une conservation unique, ces ruines monumentales témoignent de la grandeur de la culture Croisée. Cette enceinte, dont certaines parties ont été dévoilées et traitées dans les années 1950 et 1960, a été rendue publique dans sa splendeur dans les années 1990.
L’état a accordé un budget pour le développement de la vieille ville d’Acre en 1993, permettant ainsi la poursuite des travaux d’excavation et de conservation de l’enceinte conformément au programme touristique du site. Les solutions techniques,  la documentation architecturale ainsi que le savoir-faire professionnel mis en œuvre lors de la conservation des bâtiments font partie intégrante des activités archéologiques entreprises et du développement touristique du site.
Le principal défi dans la planification de cette entreprise était de trouver un équilibre délicat entre les besoins de conservation et les besoins de développement destinés à protéger ce patrimoine, faire profiter les visiteurs des lieux et en comprendre sa signification, et permettre une meilleure gestion touristique sur le site.
 

Image 3. Salle des piliers, vue vers l’Est. 2008, avec l'amabilité de l'Autorité des Antiquités.


Les moyens d’intervention ont été déterminés sur la base d’investigation concernant les différents composants de l’ensemble, son rôle, sa valeur culturelle et son état de conservation, ainsi que sur la base de définitions pour le développement touristique.
Les bâtiments de l’enceinte Hospitalière sont constitués de voûtes en ogive faites en pierre de taille éolianite. L’enceinte du bâtiment est principalement de style romanesque, mais possède aussi des éléments de style gothique. L’enceinte des bâtiments de l’ordre Hospitalier témoigne de l’alliance entre les composants des deux styles. Grâce à leurs dimensions, au style de la construction, à la technologie et la réalisation méticuleuse, les salles Croisées procurent au visiteur une expérience sensationnelle. La construction massive en pierre, associée aux principes de planification, le mode de proportions méthodiques entre les différents composants, ont créé une architecture impressionnante conservée jusqu’à nos jours.
Les problèmes de structure les plus courants se reproduisent à diverses intensités. Les problèmes lié à la matière sont discernables dans le délabrement des pierres éolianites, la création de fissures dans la pierre, la cristallisation du sel sur et à l'intérieur de la pierre, des craquements, l'érosion de la surface de la pierre, ainsi que la patine biologique et microbiologique de la pierre. D’autres problèmes susceptibles de survenir sont l’effritement des matériaux de plâtrage des murs et des voûtes. Certains problèmes de construction sont liés à la perte de capacité de portée d’une seule pierre ou d’un élément de structure, comme un pilier ou un support, la déformation d’un mur ou d’une voûte engendrant l'effondrement des éléments structurels ou l’écroulement de toute la construction.


Image 4. La cour principale après sa découverte. 2008, avec l'amabilité de l'Autorité des Antiquités
 

Les problèmes structurels de l'enceinte découlent de la qualité des matériaux de construction utilisés, de la technique de construction, de facteurs d'usure des matériaux et des facteurs de destruction de structures. Les facteurs d’usure sont liés aux conditions climatiques – le vent, l’humidité importante et la salinité. Il s’agit de facteurs d’usure biologiques et chimiques de la pierre. Les facteurs de destruction du site sont nombreux et variés.
La solution à ces problèmes fût de créer une séparation au niveau de la construction entre les deux niveaux – le niveau Croisé et le niveau Ottoman. Cette séparation a été réalisée par la stabilisation du niveau Ottoman via l'installation d'un système de murs et de piliers en béton et en acier.
Parmi les salles de l'ordre Hospitalier, la salle des piliers est celle ayant bénéficié des interventions de conservation les plus intenses. Une étape plus avancée dans la détérioration a entraîné l’écroulement de la structure. Les vestiges des salles se trouvent dans un état de délabrement avancé de la pierre, elles sont broyées, fissurées et les piliers de soutien sont en cours de détérioration. Dans cet état, avec la perte du schéma statique et en l’absence d’une intervention immédiate en profondeur, la survie de la salle met en danger à la fois la stabilité de la structure et les structures adjacentes. C’est pourquoi, cette entreprise de conservation dans ce cas illustre un vaste éventail de solutions telles que la conservation minimale, la stabilisation et la préservation, la restauration et la reconstruction. C’est pourquoi par exemple, la conservation des voûtes a consisté à nettoyer, insérer des matériaux à base de plâtre dans les fissures et les espaces intérieurs ; sur certains murs, des mesures ont été entreprises pour la conservation des matériaux d’origine et complémentées avec des matériaux à base de plâtre alors que sur d’autres plus anciens le renforcement s’est fait à partir de « Debesh » (mélange de gravats et d’agents liants) ; les piliers intérieurs ont été restaurés dans des matériaux modernes, en revanche le rôle constructif des piliers d’extrémité a été restauré grâce à l’utilisation des technologies d’origine. La plupart des interventions de conservation de ces piliers impliquaient l’utilisation de plâtre à base de pierres et de chaux, à certains endroits les pierres usées ont été remplacées, des épingles en fibre de verre ont été insérées afin de fixer les nouvelles pierres aux originales. Le traitement final des pierres pour la restauration de la structure en pierre a été effectué selon la technique Croisée afin d’obtenir un résultat semblable autant que possible à celui d’origine.
La profondeur des mesures de conservation – la stabilisation, la préservation, la restauration et la reconstruction, utilisant l'alliance de la technologie moderne et d'origine, comme le procédé sur lequel s’est basée l’installation des nouvelles infrastructures, fut décidée selon l'état de préservation et la nature de l’activité programmée sur les lieux.
 

 Image 5. La salle Nord, vue vers l’Est. 2008, avec l'amabilité de l'Autorité des Antiquités


Par conséquent, la conservation de la salle des piliers a nécessité une variété de mesures ayant permis d’accomplir la stabilisation de l’édifice, la conservation de la pierre et la restauration des éléments.

Image 6. Salle des Piliers durant la conservation et la restauration. 2008, avec l'amabilité de l'Autorité des Antiquités


Le principal critère guidant cette intervention était que toute pierre ne jouant pas un rôle constructif serait complétée ou remplacée par une nouvelle pierre correspondant aux dimensions de l’originale.
L’état de préservation des éléments de l’enceinte de l’ordre Hospitalier a dicté différents niveaux d'intervention. C’est pourquoi l'enceinte a fourni une belle opportunité d'apprentissage des processus et des méthodes de conservation. Les interventions de conservation actuellement entreprises dans l'enceinte montrent le professionnalisme avec lequel le monument historique est conservé.
 

Image 7. Salle des Piliers, vue vers le Nord Est. 2008, avec l'amabilité de l'Autorité des Antiquités


Le livre intitulé « La Salle des Chevaliers – Conservation de l’enceinte de l’ordre Hospitalier dans la vieille ville d’Acre » est disponible à l’achat aux caisses du centre de visite (en hébreu et en anglais).

 


Retour en haut