Acre – Présentation historique

Acre – Présentation historique

L’emplacement de la ville

Acre se trouve dans la partie nord de la bande côtière, appelée la vallée d’Acre. A sa frontière nord se trouve le village Bustan HaGalil, et s’étend au Sud jusqu’à la rivière Hanaaman.
 
Les splendides plages d’Acre se situent au point le plus au nord et offrent un sable fin, doux et chaud provenant du Nil.
 
La vieille ville d’Acre, se situant sur une demie île, est l’une des villes les plus particulières des côtes méditerranéennes, ses murailles ont été parfaitement préservés, sauf deux brèches (percées par les britanniques) utilisées aujourd’hui pour faire entrer les véhicules motorisés.
 
La Vieille Ville d’Acre possède de nombreuses facettes, elle est construite sur de nombreux niveaux presque entièrement conservés.
 
Quatre religions y ont trouvé demeure, laissant toutes leur emprunte : les synagogues des Juifs, les églises splendides des quartiers chrétiens, les mosquées impressionnantes des musulmans et les jardin du tombeau de Baha’ullah, fondateur de la religion Bahaie et la « maison Abbud ».
 
Acre est caractérisée par une météorologie agréable attirant un grand nombre de personnes tout au long de l’année, et proposant une plage splendide, une jetée et un port de pêche. C’est une ville riche en histoire, dont les voix du passé résonnent dans chaque ruelle, dans une atmosphère de vacance et romantique. 
 
Les remparts entourant la ville suscitent une atmosphère de sécurité aux promeneurs. 
 

 

A propos d’Acre

Le nom

L’origine du nom d’Acre n’est pas connue, mais il semblerait qu’elle ne soit pas sémique. Les Egyptiens l’utilisaient déjà au deuxième siècle avant JC, mais étant donné que les hiéroglyphes ne comportent que deux consonnes uniquement, le nom a été écrit ainsi CK, il est donc impossible de savoir la façon de le prononcer (principalement la dernière syllabe).
 
Dans les écritures d’Akhenaton en accadien, la lettre H est utilisée pour mentionner une lettre gutturale, c’est pourquoi était aussi possible d’écrire le nom de la ville « Acca » ou « Aka ». Si le nom réel n’avait pas été préservé, nous n’aurions pas pu le reconnaître de façon certaine avec le nom apparaissant dans les hiéroglyphes. 
 
En assyrien, le nom a été préservé par écrit AKK. 
 

 

Une ancienne légende hébreu raconte que la grande mer a recouvert le monde, et lorsqu’elle est arrivée sur la côte d’Acre, elle s’est arrêtée,  comme mentionné dans le livre de Job (38-11) : « Jusqu’ici tu viendras et non au-delà ». « ad po » (jusqu’ici) devient dans la légende « ad ko » d’où le nom de « Akko / Acre ». 


Résumé historique

Au XVème siècle, la vieille ville d’Acre est apparue pour la première fois dans les textes d’exécration – les malédictions des rois d’Egypte. 
Les textes étaient écrits sur des tables en argile ou des outils, et c’est en les brisant que la malédiction se réalisait. 
 
Acre figure dans la liste des villes ayant été conquises par Thoutmôsis III, roi d’Egypte. 
 

 

 

La période israélienne
Acre est incluse dans la tribu d’Asher, mais il n’est pas certain qu’elle l’a conquise.

En 701 avant JC, la ville était utilisée comme halte sur le périple vers le nord de Sahnhariv, roi d’Ashour.
333 avant JC elle est conquise par Alexandre de Macédoine, et les Grecs commencèrent à s’y installer. 
261 avant JC, son ancien nom est changé en Ptolémaïs en l’honneur du Ptolémée II Philadelphe roi d’Egypte. 
 

 


La période asmonéenne
La Ville d’Acre est étrangère et hostile aux villages Juifs.

 

La période romaine

C’est une ville importante dont les habitants sont mixtes, mais toujours hostiles au temps de la grande révolte. 
68-66, des milliers de juifs sont assassinés de la ville. Acre représente la ville de liaison des Romains avec l’Ouest, dans laquelle sont concentrées des légions en vue de la répression de la révolte. 
 

 

 

La période byzantine 
Une ville accueillant une population chrétienne et possédant son propre évêque. Elle est considérée comme ville sainte, car Saint Paul s’y est rendu pour visiter les premières communautés chrétiennes.

 

La période musulmane précoce

En 640 après JC Acre a été conquise par les musulmans. 
Au IXème siècle le port d’Acre a été reconstruit. La ville comprend aussi une communauté juive développée. 
 

 

La période croisée

En 1104, la ville est conquise par les croisés et devient une ville importante ainsi qu’un centre de commerce florissant.
 
En 1187, Saladin conquiert Acre des mains des croisés
 
En 1191, Richard Cœur de Lion reconquiert la ville des mains des musulmans
 
En 1165, le Rambam (Maimonide) monte sur la Terre d’Israël en passant par Acre. 
 

 

 

 

 

La période musulmane tardive

En 1291, Acre est conquise par les Mamelouks et repasse sous l’emprise musulmane. La ville est dans un état de désolation avancé elle représente un petit village très peu important durant 400 ans. 

 

La période ottomane
En 1743, le Rabbin Luzzatto Moshe, le Ramhal s’installe à Acre.

 

En 1750, s’installe à Acre Daher el-Omar, chef bédouin s’étant révolté contre le pouvoir turque et ayant conquis la Galilée. El-Omar l’entoure de murailles et reconstruit le port. 
 
En 1775, un officier turque du nom de Djezzar Pacha prend le contrôle de Daher el-Omar, le fait tuer et se fait nommer gouverneur de la région sous lui. Djezzar Pacha renforce les murailles et fait d’Acre une ville forte. Il construit un aqueduc à Acre.
 
En 1799, le siège de Napoléon
 

 

 

En 1804, Djezzar Pacha meurt. Son héritier, Suleyman Pacha continue à construire Acre et à renouveler l’aqueduc. Bacha meurt en 1819.
 
De 1819 à 1831, Abdallah Ali Pacha exécute Haim Farhi
 
En 1831, Ibrahim Ben Muhamed Ali Pacha conquiert la terre d’Israël à la tête d’une force égyptienne, s’établit sur Acre et de là continue à s’étendre vers l’Est. 
 
De 1840 à 1918, une flotte unie d’Angleterre, Turquie et Autriche fait bombarder Acre. Ibrahim Pacha s’enfuit de la ville. 
 
De 1840 à 1919, Acre devient la capitale de la région nord. La terre d’Israël est sous l’empire Turque.
 

 


 

La période britannique

 


1918 La Terre d’Israël est conquise par les britanniques qui s’installent sur Haïfa. 
L’importance d’Acre comme ville portuaire décroît
 
1948 la conquête d’Acre par Israël. 
 

Retour en haut